Derniers Commentaires

Recherche

Recommander

Jeudi 24 juin 4 24 /06 /Juin 15:12

Avis à tous,


j'ai ajouté plein de nouvelles photos de ma collection. Allez voir mes albums photo!

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Dimanche 6 juin 7 06 /06 /Juin 15:58

 

Déjà un objectif atteint!


J’ai reçu un message porte bonheur la semaine dernière : « bonjour, je suis tombé par hasard sur votre blogue. Vous êtes entomologiste amateur comme moi et je reste non loin de vous à Loretteville. Connaissez-vous des endroits (dans le secteur) pour voir du Cécropia ? Il est plus rare depuis quelques années merci ».


C’est même suite à ce message que j’ai ajouté le Cécropia à mes objectifs pour cet été. J’habite en face d’un boisé au 3ième étage d’un bloc appartement. Sur le côté, il y a une lampe de stationnement très forte. Il y a toujours beaucoup de papillons le soir et la nuit. Ce vendredi, vers 23h00, mon ami a vu un très gros papillon qui volait près de la paroi. Je me suis dit : « sans doute un papillon que j’ai déjà dans ma collection », avant de finalement aller voir et de sonner la corne de combat!


Arrivé en bas, plus rien. Mais généralement les papillons repassent plusieurs fois le même trajet. Mon attente ne fût pas longue, à peine 2 ou 3 minutes et il revenait. Il volait à 2 mètres du sol presque sur place. Il s’agit probablement du papillon qui m’ait été donné de capturer le plus facilement en vol.


Voici, temporairement bien emballé, mon premier Cécropia!

 

Cécropia

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Lundi 31 mai 1 31 /05 /Mai 03:32

Un nouvel été vient de débuter, un nouvel an. Il est encore tôt dans la saison des entomologistes, mais déjà on peut trouver plusieurs spécimens intéressants. J’ai commencé la chasse hier et j’ai capturé quelques spécimens que je vous montrerai bientôt.

 

J’ai vu beaucoup de Papillons Tigrés du Canada. Il y en avait même deux qui se faisait la cour dans un sentier.

 

PTDC2

 

Cet été il a y trois spécimens dont j’aimerais faire l’acquisition : Au moins un type de Menthe Religieuse, un Papillon Lune et un Cécropia.

 

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 août 1 25 /08 /Août 19:43

Re-bonjours!

Voilà un bon bout de temps que l'on s'est parlé. Après un petit "break", je suis de retour. J'ai mis un nouvel album photo nommé "Autres spécimens". Vous y retrouverez tout ce qui n'est pas lépidoptère. Pour l'instant il y a majoritairement des libellules. Vous remarquerez sans doute que plusieurs d'entre elles ont perdu leurs couleurs abdominales.

Commençons par un spécimens que j'affectionne particulièrement!



Et voici quelques libellules





Une petite vue d'ensemble pour terminer.



Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 juillet 4 10 /07 /Juil 23:56
Voilà que j'ai fini par choisir et recevoir mon avatar! Il s'agit d'un papillon du céleri. Je l'ai choisi d'abord parce qu'il est jolie, deuxièment parce qu'il n'est pas magané, parce que c'est mon seul exemplaire et finalement parce que je l'ai bien réussi.



Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 9 juillet 3 09 /07 /Juil 19:07

La chenille : Chaque espèce de papillon possède sa chenille propre. Toutes les espèces de chenilles ont cependant la même morphologie à peu de chose près. Toutes possèdent une tête (évidemment) et 13 segments répartis entre le thorax et l’abdomen. Les trois premiers segments forment le thorax et les dix autres l’abdomen.



La tête :
La tête (capsules céphalique) est souvent de couleur différente du reste du corps de la chenille. Elle est dure, à l’image de celle des hommes et possède une paire de mandibules. Ces deux lames sont très fortes et coupantes, ce qui lui permet de découper et de les feuilles desquelles se nourrit. Le labium est ce que l’on appellerait la mâchoire de la chenille. Une fois un morceau de feuille découpé, c’est le labium qui déchiquette et la broie. Chez certaines chenilles, il y a une plaque amovible derrière la tête. Celle-ci se soulève lorsque la chenille se sent en danger et émet une odeur désagréable. Cet organe se nomme « osmeterium » et est habituellement de couleur vive. La chenille compte six yeux. Il s’agit des ocelles dont 5 sont situé autour d’une seule. Les chenilles sont toutefois pratiquement aveugles, elles reconnaissent simplement les changements de lumière. Elles se situent dans leur environnement grâce à leurs antennes. Près des mandibules, la chenille possède 2 glandes séricigènes, c’est-à-dire qui produisent de la soie.


Le thorax :
Le thorax comprend les trois premiers segments de la chenille. Chacun de ces segments comprend une paire de pattes. Celles-ci se terminent par des crochets, ce qui lui permet de rester accroché sur les arbres dans n’importe quelle position. La chenille à donc six pattes, puisqu’il n’y a que ce segment qui ait des « pattes » digne de ce nom.


L’abdomen :
L’abdomen comprend l’ensemble des segments restant (10). Les 4, 5, 6 et 7ième segments possèdent une paire de fausses-pattes. Mais pourquoi pas simplement des pattes? Simplement parce que celle-ci sont molles, non-articulées et ne se terminent pas par des crochets (seulement des crochets miniatures que l’on pourrait qualifier d’ongles), contrairement aux pattes du thorax. À elles seules, elles ne permettraient pas à notre chenille de se tenir en sécurité dans les hauteurs. Au bout du dernier segment se trouve la patte anale. Il s’agit la d’une vraie patte qui lui sert à s’agripper, principalement lorsqu’elle se met en position pour faire sa chrysalide.




La chenille à de multiples stigmates qui lui permette de respirer. Il s’agit de trous situés sur ses flancs et qu’elle peut ouvrir ou fermer. Le corps des chenilles peut être de peau, de poils, de pics et comporter des excroissances.


Au cours de sa croissance qui dure quelques semaines, la chenille mue plusieurs fois et peut ainsi changer de couleur.

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 juillet 3 02 /07 /Juil 22:24
Ordre: Odonata

Sous-ordre: Anisoptera



Ordre: Lépidoptera


Famille: Arctiidae

Sous-famille: Ctenuchinae



Famille: Danaïdae




Famille: Geometridae

Sous-famille: Ennominae



Famille: Hesperidae



Famille: Lycaenidea


Famille: Noctuidae

Sous-famille: Catocalinae



Famille: Nymphalidae

Sous-famille: Limenitidinae



Famille: Papillonidae



Famille: Pieridae




Famille: Saturnidae

Sous-famille: Ceratocampinae


Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 juillet 2 01 /07 /Juil 19:21

Je suis de retour des vacances, je recommencerai donc à écrire régulièrement dans les prochains jours.

Je devrais me concentrer sur la mise en ligne de ma collection personnelles. Il y aura donc plus de photos et de spécimens à admirer!

À demain pour un autre articles...

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 juin 4 19 /06 /Juin 04:59

Je me suis souvent demandé comment les papillons réussissent à survivre à l’hiver. Bien sûr, ils n’hibernent pas dans une caverne comme des ours. Mais ils ont sûrement un truc pour passer à travers. Je vous propose ici d’en connaître un peu plus sur ces petites bestioles dont l’architecture relève de l’art.


Le cycle de vie des papillons se déroule en quatre étapes : la larve (ou œuf), la chenille, la chrysalide (nymphe ou cocon) et le papillon (ou imago). Certains ne considèrent que trois étapes dénigrant la période durant laquelle s’effectuent les plus grands changements de cet animal, la chrysalide.
7715-A.jpg

Commençons par définir que qu’est un papillon. Selon le dictionnaire LE PETIT LAROUSSE ILLUSTRÉ 1997 : « Insecte adulte de l’ordre des lépidoptères, aux quatre ailes couvertes d’écailles extrêmement fines et parées de couleurs plus ou moins vives ». Toujours selon la même source, le lépidoptère est : « (gr. Lepis, lepidos, écaille et pteron, aile) un ordre d’insectes à métamorphose complète, portant à l’état adulte quatre ailes membraneuses couvertes d’écailles microscopiques colorées.


L’œuf :
Il existe autant de types d’œufs de papillons qu’il existe de type de papillons. Voyez, sous ce lien, plusieurs exemples :
http://pagesperso-orange.fr/papillon.macro/les_oeufs.htm. Leur forme, leur couleur, leur emplacement et la durée de l’incubation sont très variables. Alors que certains écloront dès la troisième journée, d'autres prennent plusieurs semaines et d’autres préfèrent passer l’hiver, dépendamment s’ils sont pondus au printemps, en été ou à l’automne. La durée ne dépend pas que de l’espèce. Le milieu où vit l’insecte est très important. Plus il fait chaud, plus c’est humide, plus vite sera l’incubation. Pour sortir de l’œuf, la chenille coupe la paroi à l’aide de ses mandibules ou, souvent, n’a qu’à pousser pour en sortir.


La chenille :
Lorsque l’œuf éclot, la chenille est minuscule. Souvent, elle dévore les restes de l’œuf dont elle sort comme le font nombre d’animaux. Il s’agit d’une belle occasion de faire ses premières forces. Encore une fois, la couleur des chenilles varie grandement. Certaines ont des poils, d’autres des piquants. Toutefois, elles possèdent toutes la même morphologie (à suivre dans un autre article). La chenille n’a qu’une idée : MANGER. En général, une chenille ne mange qu’une seule plante, celle dont l’espèce a fait son menu permanent. Elle mange tant qu’elle peut et ce n’est que de cette manière qu’elle peut parvenir à l’étape suivante. Évidemment, passer de moins d’un millimètre à plusieurs centimètres ne se fait pas tout seul. Il lui faut manger plusieurs fois son poids et muer nombre de fois.



La chrysalide :
Lorsqu’elle est bien dodue, elle doit trouver un endroit sécuritaire où elle pourra faire sa nymphose sans tracas. Il peut s’agir d’une crevasse dans la pierre ou dans un tronc d’arbre, de s’enrouler dans une feuille ou de se faire un trou à la surface de la terre. Dans tout les cas, la chenille se crée une enveloppe protectrice. Dans la terre, il s’agit d’un mélange du milieu et de salive. Parfois, elle scelle la feuille dans laquelle elle s’est enroulée. Finalement, il y en a qui préfère simplement la bonne vieille méthode, se fabriquer un cocon avec sa soie. On appelle souvent cette phase « le cocon » comme on appelle la larve « l’œuf ». La chenille fait une ceinture autour d’elle avec sa soie et la relie à la branche choisie. Elle s’enroule finalement au complet et cette enveloppe durcit et change de couleur durant la mutation.



Le papillon :
Le papillon n’a qu’à pousser sur le cocon devenu plus fragile pour en sortir. Sortir n’est toutefois pas si simple puisque le sujet doit prendre les plus grandes précautions afin de ne pas abimer sa nouvelle carrosserie. Le sujet sort, fait quelques pas et s’arrête. Ses ailes sont repliées sur elles-mêmes et ne sont pas encore très solides. Il n’a d’autre choix que de les déplier afin qu’elles prennent toute leur ampleur et sèchent (se solidifient). Après quelques minutes, notre papillon peut prendre sont envole.

4450 []

Durant les quelques jours ou semaines de leur vie, les papillons cherchent un partenaire pour se reproduire à leur tour. Durant cette période, certaines espèces vivent sur les réserves de nourriture faites lorsqu’ils étaient chenilles. Il arrive que les papillons entreprennent de longs périples, comme le monarque, voyageant sur plusieurs centaines, voire des milliers de kilomètres.


Pour terminer sa vie, l’imago trouve, comme l’avait fait plus tôt la chenille, un endroit idéal où déposer ses œufs. L’environnement est une fois de plus mis à contribution. Souvent, les œufs sont déposés sous une feuille, celle du garde-manger préféré de l’espèce. Certaines espèces les laissent tomber çà et là durant leur vol. D’autre encore les déposent sur des pierres ou dans des crevassent. Les œufs sont ainsi laissés pour compte en petits ou en grands groupes et une nouvelle génération en renaîtra…

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 16 juin 1 16 /06 /Juin 17:52

Tous les papillons ne s’attrapent pas aussi facilement. Chaque espèce à ses moyens de défense propres et l’entomologiste doit redoubler d’effort pour s’attaquer à certaines. Avez-vous remarqué que plusieurs espèces inscrites dans les livres et devant peupler votre région vous sont complètement inconnues? C’est que les différentes espèces peuplent divers endroits dans l’environnement d’une région. D’ailleurs, je me demande parfois où les papillons se rassemblent quand il pleut ou quand ils dorment, on les voit rarement (j’irais bien leur rendre visite).


La miellée : Il s’agit d’un mélange tel que mélasse, cassonade, bière forte, fruits légèrement périmés et farine ou fécule maïs pour épaissir. On fait bouillir le tout de 10 à 20 minutes et on laisse refroidir. On étend ensuite la mixture sur des arbres en bordure de forêt pour attirer les papillons. On pourrait aussi trouver une manière de faire dégager l’odeur à partir d’un grand pot, mais l’effet serra restreint.


Lépidoptères diurnes : Le piège le plus efficace est celui nommé « piège à papillon ». Il s’agit d’une tour en toile fermée sur le dessus et jonchée sur une table. On laisse un espace entre la table et le cylindre de toile de manière à ce que les papillons restent pris à l’intérieur. On met (sur la table à l’intérieur de la toile) quelque chose provoquant une odeur attirante. Il peut s’agir de fleurs, de fruits ou de phéromones que l’on achète selon la variété de papillons désirée. On peut revenir chercher les spécimens après une heure ou deux, mais généralement, il est préférable de rester aux aguets pour prendre les spécimens au filet. Certains spécimens n’entreront pas dans le cylindre, ils se poseront plutôt sur l’extérieur.


Lépidoptères nocturnes : Les papillons de nuit sont très attirés par la lumière. Allez savoir pourquoi ce sont des papillons de nuitJ. La technique la plus simple consiste donc à se positionner près d’une forte lumière et d’attendre leur venu. Les papillons fonceront sur la lumière et finiront généralement par se poser à proximité. Certains chasseurs envoient la lumière sur un drap blanc. Rien de plus facile pour recueillir des spécimens. On peut utiliser les lumières de la voiture en bordure d’un boisé ou d’un champ. Si votre filet est assez grand, il pourra remplacer la fixation d’un drap blanc, mais ce sera, bien sûr, moins efficace. Précisons, toutefois, qu’un drap le plus blanc et mince possible maximisera l’attrait de spécimens. Aussi, une lampe au mercure (idéalement) ou un « black light » est plus efficace que les simples lumières de voitures ou de lampadaires.


Nappe de battage ou parapluie japonais : Il s’agit simplement d’un filet ou d’un drap que l’on étend sous un arbre que l’on brasse pour faire tomber les chenilles. On peut ensuite en faire l’élevage.

Par JFC
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus